Toutes les Poitrines Blog Lingerie de marque dans toutes les tailles

À la découverte d’une photographe culottée

Les culottes d'Hippolyte

Insolite, sociologique, audacieux, drôle, ludique, décalé… Quand il s’agit de décrire le travail de la jeune et inventive photographe Chloé Prigent, les mots ne manquent pas. Mais celui qui le reflète certainement le mieux est… carrément culotté !

Et pour cause. Sous le pseudonyme d’Hippolyte, l’artiste a sillonné les rues de Lyon pour immortaliser les jolis dessous de femmes comme vous et nous. Des femmes de tous les âges et de toutes les silhouettes, qui n’ont pas hésité à relever leur jupe ou baisser leur pantalon pour se prêter au jeu en toute simplicité. L’essentiel étant d’assumer sa féminité devant l’objectif.

Les culottes d'HippolyteLes culottes d'HippolyteLes culottes d'Hippolyte

Depuis septembre 2011, de nombreuses lyonnaises ont pris la pose et dévoilé leurs culottes. Avec des modèles séduisants en dentelle, classiques en coton, rétro à pois, effrontés à froufrous ou charmants à jolis nœuds , Hippolyte s’est constitué une collection de clichés uniques et sans artifice, dans lesquels la vulgarité n’a jamais sa place.

Les culottes d'HippolyteLes culottes d'HippolyteLes culottes d'Hippolyte

Aucun visage n’apparaît sur les photos. Les sous-vêtements et les corps naturels, débarrassés de leurs complexes le temps d’un clic-clac, sont au centre de l’image. Saisis sur le vif, dans des lieux aussi improbables qu’une laverie, une cage d’escalier, un jardin, une rue ou encore une roseraie, ils chantent une ode à la femme d’aujourd’hui.

Les culottes d'HippolyteLes culottes d'HippolyteLes culottes d'Hippolyte

Jusqu’au 30 juin 2014, Hippolyte expose ses culottes au Musée dauphinois de Grenoble, dans le cadre de l’exposition Les Dessous de l’Isère. Une histoire de la lingerie féminine. Pour suivre l’actualité de la photographe, n’hésitez pas à suivre sa page Facebook. Il lui arrive d’installer son Cullottomaton sur des événements pour poursuivre son étonnante chasse à la culotte.

Alors, vous seriez-vous prêtée au jeu ?


Crédits photos : Chloé Prigent

 

Ecrire un commentaire :